Vivreau system

Nous vous servons l'eau de notre source

L'eau que nous vous servons, provient d'une source locale (du lieu-dit "Le Pré-de-Bière"). Nous la filtrons directement sur place et la mettons en bouteille à la demande, soit naturelle, soit gazeuse. Ceci nous permet de réduire notre impact négatif sur l'environnement.

Pour éviter la danse du recyclage de bouteilles, impliquant camions et produits toxiques, nous avons conclu un partenariat avec l'entreprise Vivreau, qui nous assure un parfait filtrage de notre eau et une gestion écologique de nos bouteilles.

Comme dans l’industrie agroalimentaire, où l’on parle de « food miles » (« kilomètres alimentaires »), on peut estimer les « water miles », c’est-à-dire la distance que parcourt l’eau entre l'endroit d'où elle provient et votre verre. Le transport des bouteilles d’eau provenant de sources lointaines et aujourd’hui encore des Iles Fidji vers l’Amérique du Nord, par exemple, crée un énorme impact négatif sur l’environnement.

Non seulement l'eau est transportée par route, air et mer, créant ainsi du trafic et de la pollution, mais il y a aussi la question des déchets en verre et des emballages plastiques.

Le filtrage de l'eau de notre propre source nous permet de réduire notre impact négatif sur l'environnement.

Une goutte d'eau dans l'océan ?
Peut-être... Mais Les petites gouttes font les grandes rivières !

Pâturage
Lac de Joux
Copeaux de bois
Feu

Comment les forêts chauffent le Marchairuz

Le bois est inclus dans un cycle naturel. Les vastes espaces des forêts et des pâturages du Jura fixent l'énergie solaire. Le gaz carbonique (CO2) produit lors de la décomposition ou de la combustion du bois est régénéré par les forêts. Le bois est une énergie renouvelable.

L'exploitation ancestrale des forêts et des pâturages a façonné les paysages du Jura. Sans l'action de l'homme, ce paysage, composé principalement d'épicéas, serait une forêt continue et plutôt fournie en feuillus.

Les propriétaires et le Service forestier désignent les arbres à abattre. Après la coupe, le bois est façonné et transporté pour être transformé en divers produits (construction, meubles, bois de feu, principalement). Le bois de moindre qualité est déchiqueté en plaquettes pour alimenter des chaufferies automatiques, comme la chaudière à bois du Marchairuz.

Les plaquettes de bois chauffent l'ensemble de l'hôtel-restaurant et le bâtiment du Parc Jura Vaudois. C'est 32'000 litres de mazout qui sont ainsi économisés chaque année et le risque de pollution des sources est supprimé. 

L'activité forestière permet également de maintenir des places de travail dans la région.